Partagez | 
 

 Contexte

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Qui ?Qu'est-ce qu'il dit ?
compte pnj
Messages : 69
Inscription : 12/11/2015



Jimmy Page
http://heads-will-roll.forumactif.org
Sam 9 Jan - 18:00

off with your head, dance till you're dead

Dansent les notes de musique sur son corps. Le son en couleur. Bleu, rouge, jaune, vert ; éclats de blanc, touches de noir qui l'aveuglent, lui donnent le vertige. La scène est sa maison. Elle est chez elle. La voix rocailleuse, elle chante la vie, la rébellion, le sexe, la liberté. Bête sauvage qui court sur le plancher des salles de Londres. Les cheveux volent, la voix se casse. Elle se perd en chemin, se frotte de trop près à ce connard de guitariste. Elle le supporte plus, mais son corps se déhanche, les reins en feu. Elle ferme les yeux, se laisse emporter par ses riffs orgasmiques. Un bref battement de cils, trop bref pour un retour à la réalité. Réalité trop brusque contre les phalanges qui courent sur elle, meurtrissent sa peau brûlante, la font ployer. Elle ne sait plus où elle en est, si c'est la musique qui cogne dans ses tripes, si elle est ailleurs, si elle a de nouveau touché terre. Les baisers électriques qui s'échangent, le courant qui la fait trembler. Il revisite ses partitions sur son échine, tatoue son corps de notes qu'elle s'emploie à suivre, donnant vie à la mélodie. Elle veut qu'il lui fasse l'amour à en crever, elle veut sentir toute la mélancolie, la haine, la passion de son âme, de son coeur. Elle veut sentir toute la luxure que Londres peut offrir. Poupée qui fait non de la tête, qui fait oui du corps, qui se tend contre celui de l'amant mélodique. Il a sa guitare pour épouse, elle n'est que maîtresse qui attise et inspire, qui, parfois, a le droit à un peu d'attention. Les corps qui se touchent, s'unissent. Les flashs de lumière à nouveau et en fond, le morceau qui défile. Ça sonne comme Led Zeppelin, comme Nirvana, comme AC/DC, comme le tonnerre et les éclairs. Elle frissonne, se cambre comme l'instrument entre les doigts experts, danse langoureuse qui inspire toute la luxure, l'indécence qui se répand dans la foule. La lumière gicle, les cris fusent, les pancartes s'agitent, les spots deviennent fous. Fous comme elle. Elle est folle. Sûrement. Un peu. Jeunesse de Londres qui ne sait plus quoi en faire, qui se retrouve dans ces putains de clubs pour abuser de tout, de rien, du monde et de furie. Dehors, c'est la merde, dehors, ça craint, dehors, ils ne sont rien. Ici elle joue à être elle-même. Ici elle ne fait pas semblant. Ici il n'y a qu'elle, la musique et la décadence, tango endiablé, fureur de bouger. Les notes dans les veines et le coeur qui hurle. Déhanché mortel, symphonie rebelle.
psychotic kid pour heads will roll


let the music take you to heaven
compte pnj - ne pas mp
Revenir en haut Aller en bas
 
Contexte
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» I. Contexte
» Playlist (29)
» Génération Woodstock
» Hound Dog Taylor And The Houserockers (1971)
» François Couperin

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Heads Will Roll :: start the fire :: come and go-
Sauter vers: